L’Art-Thérapie à la M.A.P.H.A.

Il s'agit à travers un travail artistique de répondre au besoin d'être reconnu, c'est-à-dire non plus repéré par des manques et des échecs, mais reconnu par des possibilités et des réussites.

En art-thérapie l'enjeu n'est pas de réaliser des oeuvres d'art mais de donner la possibilité à l'individu, en l'occurrence la personne déficiente âgée, de s'exprimer par un moyen adapté et individualisé à travers une activité artistique.

Le point de départ est le résident, ce qu'il propose et réalise. L'art-thérapeute organise le travail avec lui, il guide, rassemble, structure les éléments donnés afin de donner du sens à l'expression de la personne. Il propose des outils facilitant cette expression. Il est garant de la cohérence de la réalisation.

Les prises en charge en art-thérapie s'effectuent de façon individuelle ou en groupe: les résidents sont ainsi amenés à travailler sur des projets collectifs, où ils font preuve d'entraide en utilisant les compétences spécifiques de chacun.

En art-thérapie l'objet réalisé comporte autant d'importance que l'aspect relationnel. Le résident doit être en capacité d'accepter la proximité avec l'art-thérapeute, qui parfois accompagne le geste, d'accepter le toucher.

Cette activité sollicite la motricité fine par les différents gestes qu'elle demande de réaliser : graphisme, préhension, tamponnage, découpage, applicage au rouleau... Elle comporte dans le même temps un travail sur les repères spatiaux, réaliser des mouvements de droite à gauche, de haut en bas, respecter le contenant de la feuille...

 

 

 

L'activité artistique facilite la prise de conscience du déroulement temporel: la réalisation comporte un début, une phase d'élaboration, et une fin. Le déroulement du temps est ainsi matérialisé, l'évolution visible de façon concrète.

Elle constitue également des repères importants quant au déroulement de l'année, les réalisations ont souvent pour thème les fêtes calendaires (Noël, Pâques) ou les saisons.

Cette activité est également basée sur une certaine stimulation cognitive, elle demande en effet de faire preuve de concentration, d'attention et de mémoriser les différentes étapes d'élaboration de l'oeuvre, et de pouvoir la reconnaître d'une séance sur l'autre.

Enfin, en montrant aux usagers leurs compétences et capacités, l'art-thérapie est vecteur de revalorisation et restauration narcissique: l'adulte est placé en situation de réussite, il a créé un objet socialement valorisé. Les productions sont placées en décoration dans leur chambre, sur leur lieu de vie ou, à leur demande, offertes à leur famille.

En stimulant simultanément des compétences motrices, relationnelles et cognitives, en apportant des repères spatiaux-temporaux et en réalisant un travail  bénéfique sur l'estime de soi, l'art-thérapie nous paraît répondre aux besoins d'une population déficiente vieillissante.

Dans le cadre de cet atelier, ce qui nous intéresse pour reprendre la phrase de Boris VIAN : « Ce n’est pas le bonheur de tous les hommes, c’est celui de chacun ». Ce qu’il faut « C’est fouiller en chaque homme, jusqu’à retrouver l’étincelle de ce qu’il porte en lui d’exceptionnel ».

L’Atelier et le Raku à la M.A.P.H.A.

La céramique est une activité qui fait appel à des aptitudes et des compétences singulières qui, souvent chez les personnes handicapées vieillissante, voir âgées, ne sont plus régulièrement sollicitées : la motricité fine, le développement du sens du touché, le sens de l’esthétisme…

Créer un objet, c’est accomplir à la fois un acte abstrait, faisant appel à des mécanismes psychiques et mentaux, et concrets puisque cette réalisation aboutit à une œuvre perceptible aux autres. Grace à cette dernière, plusieurs dimensions sont mobilisées comme l’estime de soi et la socialisation.

La participation du groupe à différentes manifestations insuffle une dynamique et donne du sens à cette activité. Ces démarches demandent un effort sur soi-même. Elles permettent la reconnaissance et l’estime de l’autre à travers la création et la vente des objets réalises et repoussent la frontière de l’âge et du handicap.

L’objectif de cet atelier est aussi d’explorer, de découvrir et de créer dans un cadre sécurisant. C’est un lieu de partage et d’échange entre résidents mais c’est aussi un lieu d’accueil et de rencontre avec l’extérieur.

L’atelier céramique est un espace ouvert où tous les résidents de la MAPHA peuvent venir en toute liberté pour créer et/ou discuter.

La principale technique utilisée par les résidents artistes est celle du RAKU.

 

 

La technique du raku est un procédé de cuisson. Les pièces incandescentes peuvent être enfumées, trempés dans l’eau, brulées ou laissées à l’air libre. Elles subissent un choc thermique important et, dans tous les cas, expriment sous ces contraintes l’histoire de la terre, du feu et de l’eau.

La multitude des paramètres mis en jeu permet d’obtenir des résultats variant à l’infini, ce qui confère à la pièce, entièrement réalisée manuellement, la qualité d’objet unique.

Toutes les pièces exposées sont réalisées dans le cadre de l’atelier céramique de la MAPHA.

Un grand merci aux résidents créateurs qui exposent, s’exposent et imposent leur art.

 

 

Houria HADJ-RABAH, Delphine MOUNIER et Laurence VIOU

Educatrices encadrantes de l’atelier céramique